Et pendant ce temps là, que fait Leica ?

Pour Leica le choix était simple: il était hors de question de sortir un « M » digital avec un tel coefficient de conversion. Un boîtier Leica M est conçu pour vivre des années et la firme de Solms cherche donc sinon la formule idéale, du moins le meilleur compromis possible. Ainsi ne rêvons pas, il n’y aura pas de M7D à la prochaine Photokina (voir nos actus page 10), et on peut même s’avancer en disant que le rêve d’un « M » full Frame reste bien hypothétique… Toutefois, entre un capteur un ‘’full trame » et un capteur type APS-C, il y a toute une palette de possibilités et on semble donc se diriger vers une solution alternative avec un coefficient de conversion compris entre 1,2x et 1,3x, un peu comme chez Canon en reflex pro. A noter aussi qu’à la Kina, le R9 avec un dos digital sera effectif avec un CCC de 26,4×17,6 mm, soit une conversion limitée à x1,37. En gamme télémétrique, Leica doit proposer mieux que ce x1 ,37. Une suggestion raisonnable serait d’arriver à « couper la poire en deux » (entre x1 et x1 ,5) avec un ratio de 1,25x environ. On pourrait ainsi garder une certaine progressivité logique puisque le quatuor 24-28,35, 50 mm deviendrait 30-35-44-63 mm. Au passage, on pourrait monter un 28 mm et utiliser le cadre existant du 35 mm … Mais ne négligeons pas non plus les pistes de nouvelles optiques « digitales » car il faudra bien un jour ou l’autre y passer. Seule certitude pour l’instant, ce « M » numérique ne sera pas conçu avec Panasonic (comme les Digilux) mais avec Kodak pour le capteur et les Danois d’Imacon pour le DSP. Un feuilleton à suivre en 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.